En coulisse avec : Eddy King

22 octobre 2016
par Jessica Valoise
page 1/8

Photo 1/56 Dans les loges du théâtre Impro Montréal

Cette année, l’humoriste Eddy King fête ses dix ans de carrière. Ce qui marque le plus dans son jeu, c’est l’intelligence de ses propos, qui touchent et font rire en même temps. J’ai alors saisi l’occasion du Festival International Juste Pour Rire 2016, le plus grand festival de comédie au monde pour découvrir qui se cachait derrière le personnage.

 

23 juillet 2016 – Nous sommes dans les loges du théâtre Impro Montréal. Eddy vient tester un numéro de sept minutes : une adaptation en anglais de son matériel, pour un enregistrement qui aura lieu dans quelques jours au Théâtre Berri, pour la télévision américaine. On appelle cet exercice un « warm-up ».

Photo 2/56 Les pass pour les deux semaines

La poche d’Eddy est pleine de pass. Ce sont les différents pass, « invité », « artiste », donnant accès aux loges, aux soirées privées, aux conférences, aux spectacles, pour les deux semaines de festival.

Photo 3/56 Sur la scène du théâtre Impro Montréal

Le warm-up semble bien fonctionner.

« J’ai choisi ce qui était le pus universel dans mon matériel, ce qui toucherait le plus, et aussi le matériel que j’aime encore performer. »

Son numéro, initialement en français, doit s’adapter non seulement à la langue anglaise, mais aussi à la culture anglophone américaine : le rythme est différent, les chutes des blagues aussi. Eddy a pu identifier les points forts de son numéro et ce qui doit être corrigé.

Photo 4/56 Les réglages son et lumière

En route pour le gala : les balances

24 juillet 2016 – Eddy se présente en début d’après-midi à la salle Wilfrid-Pelletier pour effectuer les balances, c’est-à-dire le réglage des éclairages et des niveaux sonores de son micro, en vue du show de ce soir. Le thème c’est la politique : gauche vs droite.

Photo 5/56 En discussion avec la metteure en scène

Eddy est en pleine explication avec la metteure en scène : un autre humoriste de la programmation de ce soir vient de faire ses balances, et le sujet de son numéro est le même que celui d’Eddy, c’est-à-dire l’homophobie. Est-elle au courant? Étant donné que les numéros doivent être envoyés plusieurs mois avant le gala pour validation, ont-ils fait une erreur d’inattention? Est-ce correct comme ça ou cela pose-t-il problème et un changement doit être effectué? 

Photo 6/56 Quelques conseils et ajustements de la part de la metteure en scène

La metteure en scène a conscience de la problématique, mais selon elle, le show peut se dérouler ainsi car les angles d’approche des deux humoristes sont totalement différents. Mais Eddy est embêté. De plus, c’est lui qui passe en second.

Photo 7/56 En pleine rélfexion

J’aborde alors avec lui la question raciale et lui demande s’il a déjà ressenti que sa couleur de peau pouvait être un handicap dans le milieu de l’humour et du cinéma, comme elle l’est dans la société occidentale de manière générale.

« Quand on est noir, on doit en faire deux fois plus. On doit être irréprochable! On n’a pas le droit à l’erreur. »

Eddy en parle dans plusieurs de ses sketchs, toujours de manière intelligente et touchante. Son discours rassemble, plus qu’il ne divise, et fait réfléchir.