Peinture | Série Primaire

"In Common" - Aquarelle sur papier 38cm x 51cm | 22.09.2016

Cette peinture a été réalisée dans le cadre du Festival du Film Black à Montréal, en septembre 2016. L’exposition, « Black FEM’Art », a réunit dix jeunes femmes noires afin de mettre en lumière leurs œuvres tournant autour de la féminité noire.

J’ai choisi de réaliser un portrait d’Alicia Keys, suite à son discours aux Video Music Awards en août 2016, dont je ne peux me lasser.

« If war is holy, and sex is obscene, then we got it twisted in this lucid dream. Baptized in boundaries, schooled in sin, divided by differences sexuality and skin. So we can fear each other. Hate each other. We can break these walls. We can build theses walls, between each others. Baby, blow by blow, and brick by brick, keep yourself locked in. Yourself locked. Oh, maybe we can love somebody. Maybe we can care a little more. Oh, maybe we can love somebody, instead of polishing the bomb of holy war. »

En plus du contenu de son message, Alicia Keys s’est présentée sans maquillage. Une grande révolution pour le monde artistique, le monde télévisé, le monde de l’image en général, une grande révolution pour nous, les Femmes.

L’autre raison pour laquelle j’ai choisi Alicia Keys est le fait qu’elle soit métisse. L’étant moi aussi, j’ai toujours eu du mal à m’identifier en tant que « femme noire » – pas plus d’ailleurs que « femme blanche ». Participer à une exposition en tant que « femme noire », afin de représenter la féminité noire a donc été pour moi un challenge artistique, certes, mais aussi et surtout personnel. Alicia Keys est celle dont je pourrai me sentir la plus proche, à qui je pourrai le mieux m’identifier, et qui, de part son naturel, laisse ses traits négroïdes s’exprimer.

"[he]ART" - Aquarelle sur papier 18cm x 25cm | 14.06.2016

J’ai réalisé cette aquarelle quelques jours après la tuerie d’Orlando, dirigée contre les homosexuels.

Le coeur, dans sa plus simple représentation, ne symbolise rien de plus que l’Amour. Un Amour qui se doit d’être libre et sans condition. La base de notre existence, qui laisse beaucoup trop souvent place à la haine et la peur.

« L’amour, comme l’art, doit toujours être libre. » Sense8

"Butterfly" - Aquarelle sur papier 18cm x 25cm | 06.06.2016

J’ai réalisé cette aquarelle en hommage à Mohamed Ali, quelques jours après son décès. J’ai choisi de le représenter de la manière la plus simple, subtile, et à mes yeux, significative, par un gant de boxe.

Mohamed Ali s’est distingué par son jeu, mais aussi et surtout pas sa personnalité hors du ring. Arrogant et insoumis, il n’a pas hésité à mettre sa carrière en danger, notamment en disant « non » à la guerre des États-Unis contre le Vietnam, ce qui lui a valu une interdiction de ring.

L’inclinaison du gant rappelle le symbole du point levé de nombreuses luttes, dont celles des Black Panthers, du Black Power, ou encore des poings levés de Tommie Smith et John Carlos aux Jeux Olympiques de 1968.

"Winnie" - Aquarelle sur papier 29,7cm x 42cm | 23.03.2016

Cette peinture est un hommage multiple.

Ma première intention était de marquer et de symboliser la fin d’une relation passionnelle mais interdite. Beaucoup d’éléments pourraient représenter cet homme, mais le dernier en date était Winnie, le surnom que je lui donnais.

« Pooh », de « Winnie The Pooh », était aussi le surnom que ma meilleure amie me donnait avant qu’elle ne décède en 2011.

Mon intention globale était donc de représenter le deuil par un portrait en noir et blanc d’un personnage de dessin animé, souvent heureux et se questionnant régulièrement sur la vie, traversé par des coulées aléatoires colorées.

"Young Gifted and Black" - Aquarelle sur papier, 60cm x 80cm | 16.01.2016

Cette peinture est une commission de La Table Ronde du Mois de l’Histoire des Noirs de Montréal, pour l’exposition « Égéries Noires » de février 2016. Avec cinq autre femmes artistes, il nous a été demandé d’interpréter à notre manière et selon notre discipline, l’univers de la musique noire.

J’ai choisi de réaliser un portrait de Nina Simone, car selon moi, elle représente ce qu’est la musique noire. « Elle », Nina Simone et la Musique Noire, qui ne font alors qu’une, a connu plusieurs vies mouvementées : née dans le racisme et la ségrégation, basée sur la musique classique et ses instruments, ses influences sont riches et multiples, entrée dans les cabarets, reconnaissance internationale, associée au mouvement des droits civiques, suivie d’une période de dépression et de bi-polarité, avant de connaître à nouveau la gloire. Grave, envoûtante, écorchée, émouvante, tantôt sublime, tantôt pathétique, souvent réduite à l’ombre d’elle-même, qualifiée par des dénominations handicapantes, mais rien ne l’a jamais empêché de voler, de briller, et de transcender les âmes. Voilà tout ce que représente ce portrait de Nina Simone en noir, traversé par des coulées aléatoires colorées.

© 2014 – 2017 Jessica VALOISE – Les peintures publiées ne sont pas libres de droit. Le téléchargement, la diffusion, reproduction, distribution, communication des images ne peut s’effectuer qu’avec mon accord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *