En coulisses avec… Tété

À Montréal, nous avons un dicton : « On ne se prend pas au sérieux mais on fait les choses sérieusement ». Rien ne pourrait mieux définir l’attitude et l’oeuvre de Tété, dont le deuxième album a d’ailleurs fait suite à son séjour ici.

Tété arrive seul avec ses quatre guitares, dans le cadre du Festival Nuits d’Afrique. Nous prenons le chemin de son hôtel, et avant toute chose, l’artiste accorde chacune de ses guitares, dont les cordes ont été détendues avant de prendre l’avion. Le show n’est que demain, mais il faut le faire aussi tôt que possible afin de garantir un bon accordage. Puis direction le site du festival pour une entrevue et saluer les principaux acteurs, dont son président Lamine Touré. Nous ne ferons pas durer la soirée et Tété ira sagement se reposer en vue de la journée chargée du lendemain.

10h. La journée de promotion commence. Tété dégage une simplicité mêlée à un côté taquin, qui me fait penser à l’authenticité d’un enfant. C’est ce qu’on retrouve sur scène. C’est ce qu’on retrouve dans ses écrits. Tété, c’est le conteur dont le personnage principal de ses histoires est lui-même, mais pourrait aussi être chacun d’entre nous. L’art lui a donnée une place dans la société où il n’a pas besoin de se définir. C’est ce qui le rend si universel, c’est ce qui lui donne un public si universel. D’une sérénité apparente, il me confie que tout se déroulant comme prévu, il n’y a pas de raison de stresser. C’est ce que ses vingtaines d’années de carrière lui ont appris, parmi tant d’autres choses, dont l’humilité. Il m’est difficile d’imaginer un Tété autrement que humble, tant il paraît ancré dans ce qu’il est. Et même si il a appris que le succès rassure, il a surtout appris que la vérité créative s’exprime en l’absence d’enjeu.

Quelques heures avant le show, Tété retrouve un vieil ami. De regards malicieux pleins d’affections aux échauffements très sérieux, il est l’heure pour Tété de monter sur scène, jouer rien d’autre que son propre rôle.

Tété apporte sa vérité au monde, celle d’un homme simple qui incarne parfaitement son oeuvre, celle, finalement, du défi de n’être que soi.


« En Coulisses » est une immersion temporaire dans l’univers hors de la scène d’un artiste choisi. Un regard extérieur, porté de l’intérieur, où l’auteure capture des instants, interroge, et répond au questionnement de ce qui fait que l’artiste est ce qu’il est, dans tout sa singulière normalité.


Les photos publiées sur ce site ne sont pas libres de droit. Le téléchargement, la diffusion, reproduction, distribution, communication des images ne peut s’effectuer qu’avec l’accord de Jessica VALOISE.
Pour tout booking ou achat de photographies, merci de contacter management@jessicavaloise.com.
© 2010 – 2018 Jessica VALOISE