Comment j’ai appris la photo

Dans cet article je vous explique comment j’ai appris, et comment j’apprend encore la photographie de manière autodidacte. En espérant que ça pourra servir à tous les photographes en herbe.


L’APPRENTISSAGE SUR LE TERRAIN ET LES CONSEILS DES AMIS

Comme je l’ai déjà mentionné dans certaines interviews, je suis tombée dans la photo par hasard. En 2010, alors que Spry photographie la première collection « KhaciJay », , il me conseille de me procurer un appareil photo. Ainsi, je pourrai réaliser précisément mes idées seule quand il ne sera pas disponible.

J’ai donc acquis un Canon EOS 500D. La bête entre les mains, n’ayant jamais été très intéressée par la prise de vue, je me suis retrouvée un peu perdue. Spry m’a expliqué les fonctions de base puis m’a conseillé de lire le livret qui vient avec l’appareil. Alors je l’ai lu. En entier. Oui oui, le mini-livret, écrit tout petit, avec des termes techniques, et sans images. Ça ne fait pas rêver, mais sa lecture est essentielle pour comprendre le fonctionnement de notre boîtier, même si au début on ne comprend pas tout.

En même temps que je le lisais, je testais les fonctions sur ma caméra. À partir de là, j’ai commencé à shooter à tout va, tout ce que je pouvais, partout où je pouvais. La pratique est primordiale.

Quelques mois plus tard, je suis partie en voyage avec un ami, pas photographe, mais qui avait l’oeil. Il m’a appris les règles de base du cadrage, puis chaque nouvelle rue, chaque nouveau paysage était l’occasion de m’exercer.

Par la suite, de nombreuses discussions avec des amis photographes m’ont permis et me permettent d’en apprendre toujours plus : Enock, Alexis Goudeau, Shawny Ocho, Carlos Guerra, Céline Sarr, Darwin Doleyres, Arnaud Tudoret. Chaque fois que l’occasion pouvait se présenter et que je croisais d’autres photographes, je leur demandais conseil. Certes on se prend souvent des refus, mais ça vaut le coup d’essayer. Toujours essayer.


LIVRES ET TUTORIAUX POUR APPRENDRE LA PHOTO

Lorsque j’ai senti que j’avais atteint un palier, je me suis procuré le livre « Maîtriser le Canon EOS 500D » de Vincent Luc, qui m’a beaucoup appris. Par la suite, j’ai changé d’appareil, Canon EOS 7D, puis Canon EOS 6D, et j’ai procédé chaque fois de la même manière : lecture du livret, puis lecture d’un livre dédié à l’appareil. Petit à petit, j’ai lu d’autres livres, des revues, selon ce que je trouvais, selon mes besoins.

En 2012, on m’a demandé de photographier un mariage. Mon premier. Je n’y connaissais rien, alors j’avais un mois pour apprendre. J’ai parcouru tout un tas de forum, regardé des vidéos sur Youtube, et acheté des livres comme « Le Mariage, Reportage Photo » de Thierry Gonzalez, les numéros spéciaux mariages, 5 et 17 du magazine « Compétence Photo ».

Aujourd’hui, ma bibliothèque photo compte les livres suivants : « Photo Portrait, Le Guide Pratique » du groupe Eyrolles, « La Photo de Voyage » de Richard I’Anson, l’excellente collection « Photo School » de Michael Freeman avec « L’Exposition », « La Composition », « La Photo de Rue », « La Retouche », « A beautiful anarchy », « The visual toolbook – 60 lessons for stronger photographs » et « Within the frame – The journey of photographic vision » de David duChemin, et j’achète régulièrement les magazines « Phototech » et « Photonews ». Sans oublier les livres d’art de photographes connus et moins connus, à consulter sans modération, ainsi que les magazines réputés de mode (Vogue), de voyage (National Geographic, guides de voyage)… En gros, tout ouvrage publiant des photos de qualité de votre domaine afin de comprendre ce qui fait qu’une photo est intéressante.

Les chaînes Youtube que je regarde régulièrement, sont les suivantes : Le Studio de Poche, Chris Burkard Studio, Cineastuces, F/1.4 – À pleine ouverture, Apprendre la Photo, Lozeau, Craft & Vision. Je regarde aussi les vidéos backstage des grands shooting, quelques fois mises en ligne, pour voir les équipements et avoir un aperçu du déroulement des shooting.

Enfin, pour la partie administrative, celle qui enchante tout le monde, hein?! Mais c’est important les amis! Je me suis basée sur le livre « Profession : Photographe Indépendant » de Éric Delamarre, très complet et instructif.


STAGES DE PERFECTIONNEMENT

En 2012, j’ai suivi deux stages : un de plusieurs mois au studio Just Winner, et un stage de 3h auprès du photographe Little Shao. Tout ça permet d’apprendre et/ou de confirmer certaines pratiques apprises seule, de rencontrer d’autres photographes, et éventuellement des futurs clients.


LECTURE DE PORTFOLIO

S’inscrire à des lectures de portfolio est aussi une bonne approche pour évoluer et se perfectionner. La version plus cheap sont les groupes facebook par exemple, où vous pouvez demander l’avis d’autres photographes sur vos photos. La critique – constructive, on s’entend – est indispensable pour prendre du recul sur son travail et pouvoir évoluer dans ses créations.


Photo de couverture : © 2016 Jessica VALOISE

Jessica VALOISE
ARTISTE VISUELLE - Peinture. Photographie. Réalisation Vidéo (écriture et conception) | Voyageuse basée à Montréal.

2 comment(s)

A la suite de mon intégration à l’équipe SOULVILLE, j’ai vite fais l’aquisition d’un canon 600D avec son 18-55mm de base. Afin de fournir rapidement au blog des contenus de qualité, notamment ITW vidéo. C’est surtout sur la vidéo et le montage que je me suis basé dés le départ. Moi aussi j’ai lu le petit livret et franchement en photo régler les ISO l’ouverture et la vitesse d’obturation tout ça en même temps ne me parlait guère. Depuis cette aquisition en 2013 je n’ai réalisé que 3 shooting photo dont seulement deux d’officiels. Le 1er donc totalement officieux était pour une amie qui voulait se tester sous l’oeil d’un photographe même amateur et surtout voir ce que donnerai ces dernieres aquisitions de maillot de bains sous le soleil méditérannéen. J’étais plutot fier d’avoir pu sortir une poignet de photos plutot reussi parmis un nombre incalculable de photos ratées. C’est lâ que tu comprends qu’un shooting sa dure pas 30 min. Plus tard j’ai eu l’occasion de shooter pour un magazine culinaire « afro-cooking » . Une amie redactrice m’apelle à l’aide pour boucler son article, je saute sur l’occasion. En deux jours je tire presque 50 photos. Je vire les completements ratées et dans le lot 10 sont publiées. Et là t’es vachement fier. Sur papier glacé en plus avec ton nom ecrit à la fin dans les crédits, trop la classe. La je prend conscience que si je maitrise pas encore les reglages de lumieres, de balance des blancs ou d’ouverture. Je vois que j’ai un bon oeil et que j’aime m’amusé avec les profondeurs de champs, les nets et les flous de 1er et d’arrierre plan. Ma plus belle reussite une pleine page d’une bouteille rhum charette à travers une vitrine avec des jeux de reflets. C’était mon second shoot et mon premier officièlement. Et première publication. Mon 3 eme shoot pour la marque Koungou Manga Couture avec qui je collabore souvent en vidéo, en tant que 3 eme photographe car j’étais aussi cameraman backstage en priorité sur ce shoot. La styliste ma demandé de prendre quelques clichés par securité. Je m’exécute. Avant se shoot je ne retouchais pas mes photos seulement recadrage. Ou alors seulement en faisant mumuse avec instagram mais sinon rien de tout cela. Pour se 3eme shoot grace a mon experience vidéo je comprend l’importance de la balance, d’une bonne luminosité et de l’apport du flash meme celui de base. Je rentre chez moi apres avoir fait mon montage je m’attaque vite fait au retouche je m’accorde seulement 15min par photos avec le logiciel window de base. Oui je sais apres 4 ans avoir acheter mon canon j’ai toujours les mêmes trucs de bases. Mais je fais ce choix d’optimiser mes compétences au maximum de ma créativité. Quand je serais bloquer par la technique j’investirai. Donc je reviens a se shooting mode. Je m’apperçois que la retouche de la lumiere du contraste de la temperature sur fond blanc sa apporte vraiment du cachet. Et sa donne de tres belles photos catalogues. Aujourd’hui seulement je commence à maitriser le parametre lumiere. J’ai encore bcp de mal avec les mouvements. Soit c’est trop figé soit c’est flou. Un bon conseil s’entrainer sur une fontaine qui coule. Donc si je fais le bilan 3 shooting photos une publication magazine et photo catalogue e-shop. J’ai envie d’un cailloux avec beaucoup plus de piqué. Notament pour me tester sur les clips. Il me faut aussi un bon flash un micro canon un monopod. Père noel si tu m’entends…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.